Réponse de Nicolas Sarkozy

Publié le par AFAU

A la suite de notre lettre aux candidats à l'élection présidentielle, nous avons reçu le 12 avril la réponse de Nicolas Sarkozy
Ensemble tout devient possible
sarkozy.fr
à Monsieur Jean Pionnier
président de l’Association Française des Amblyopes Unilatéraux
Paris, le 11 avril 2007,
Monsieur le Président,
Vous avez appelé mon attention sur la situation des personnes atteintes d’un handicap visuel. C’est avec la plus grande attention que j’ai pris connaissance de vos préoccupations et vous remercie de m’en avoir fait part.
Le handicap est, à mon sens, un sujet de préoccupation majeure. Il constitue bien sûr un problème pour les personnes qui en sont atteintes. Mais le handicap révèle un autre enjeu pour notre pays : celui, pour chaque Français, d’apprendre à respecter la différence et de faire vivre ainsi les principes de tolérance et de solidarité qui nous sont chers.
Or, la France trahit ses idéaux d’égalité et de respect de l’autre lorsqu’elle ne permet pas à la moitié des enfants handicapés d’être scolarisés en milieu ordinaire, lorsque ses entreprises ou ses services publics n’emploient pas suffisamment de personnes handicapés, lorsqu’elle les exclut du droit à un logement adapté, de l’accès aux loisirs, à la culture et au sport.
Je partage pleinement votre souci légitime que les personnes amblyopes unilatérales puissent être mieux informées de leurs droits notamment en matière d’accès aux concours administratifs. Vous estimez que les règles varient d’une région à l’autre et ne sont pas suffisamment précisées, portant ainsi préjudices aux personnes amblyopes. Je suis naturellement favorable à ce qu’un groupe de travail soit réuni sur ce sujet pour apporter les améliorations nécessaires.
De même je souhaite améliorer la vie quotidienne des personnes malvoyantes ou aveugles, en ayant un accès facilité et sécurisé à l’espace public, que ce soit par l’abaissement des bordures de trottoirs, les bandes d’éveil de vigilance sur les trottoirs, les bandes de guidage sur chaussée ou les répétiteurs de feux de circulation.
L’accessibilité aux personnes aveugles et malvoyantes est une dimension désormais indispensable à l’élaboration des progrès urbains et notamment à l’aménagement de carrefours à feux. La mise en place de répétiteur de feux piétons a été rendue obligatoire, par les décrets 99-756 et 99-757 du 31 août 1999, sur tout nouvel aménagement de carrefours à feux ou lors de travaux modifiant la surface des trottoirs ou l’assiette de la chaussée.
Les systèmes de répétiteurs de feux de circulation qui, selon les termes du décret du 31 août 1999 «
doivent comporter un dispositif conforme aux normes en vigueur permettant aux non-voyants de connaître la période où il est possible aux piétons de traverser les voies de circulation » ont pour objectif de bien différentier la phase d’autorisation de traversée de celle d’interdiction, d’indiquer que le système est en fonctionnement et d’indiquer le début de la phase d’autorisation.
Au delà des problèmes spécifiques aux personnes malvoyantes et aveugles, mon action consistera prioritairement à faire des objectifs de la loi de 2005 une réalité.
Je m’engage d’abord, pour ce faire, à rendre opposables plusieurs droits essentiels comme celui de tout enfant handicapé à être scolarisé dans l’école de son quartier, le droit d’accès aux bâtiments et transports publics ou encore le droit à un logement accessible et adapté. C’est la seule manière d’y arriver et d’être efficace…
Pour aider les familles, je m’engage à créer rapidement les places nécessaires à l’accueil des enfants lourdement handicapés car il est inacceptable que certains parents craignent de disparaître avant d’avoir pu assurer l’avenir de leur enfant. Je pense, en outre, qu'il faudrait ouvrir les droits sociaux aux personnes qui arrêtent de travailler pour s'occuper d'une personne handicapée. Enfin, la création d'une cinquième branche de la protection sociale relative à la dépendance permettrait d'améliorer les conditions de prise en charge des personnes handicapées.
En matière d'emploi, la priorité doit être donnée au respect des obligations d'insertion professionnelle des personnes handicapées notamment dans les administrations publiques qui doivent montrer l'exemple. Je souhaite avant tout privilégier le quota de 6 % (et même aller au delà) plutôt que de voir des employeurs se soustraire à leurs obligations d'embauche en faisant un chèque. Les personnes handicapées sont, par ailleurs, largement absentes des campus de l'enseignement supérieur qui accueille seulement 8 500 étudiants handicapés sur un total de plus de deux millions. Cette situation ne peut pas durer d'autant moins que le diplôme mène à l'emploi.
Si je considère que le travail est toujours préférable à l'assistance, il n'en demeure pas moins que la France a un devoir de solidarité à l'égard des personnes handicapées qui se trouvent exclues du monde professionnel. C'est la raison pour laquelle je préconise que le montant maximum de l'allocation aux adultes handicapés soit porté à 800 euros au moins. En outre, pour sortir de la logique des minima sociaux, le revenu de solidarité actif encouragera ceux qui s'efforcent de vivre prioritairement de leur travail.
Enfin, les personnes se dévouant bénévolement pour ceux qui sont handicapés doivent être saluées et remerciées. Je préconise ainsi qu'une année de bénévolat donne droit à un stage de formation gratuit et que 20 heures par mois de bénévolat effectuées régulièrement donnent droit à 10 % de points en plus pour les examens. Par ailleurs, dix ans de bénévolat donneront droit à une année de cotisation pour la retraite.
Toutes ces propositions témoignent de ma volonté de rompre définitivement avec l'isolement des personnes handicapées. Comme vous le savez, je suis de ceux qui croient que la volonté politique est déterminante pour changer radicalement les choses.
En espérant que ces précisions répondent à vos attentes légitimes et restant à votre écoute, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.
Nicolas Sarkozy
candidat à l'élection présidentielle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article